La Cnil européenne a tranché :

Aucun délai de grâce n'est accordé aux entreprises européennes qui transfèrent des données vers les Etats-Unis, rapporte le CEPD.
L'organe de protection des données  de l'Union européenne prévient que tous les transferts effectués sur la base du Privacy Shield, annulés par le juge européen, sont désormais illégaux.