Le mandat  pour les élus locaux doit être la prise en main des enjeux numériques et  celui de la maturité.

Nos sociétés, et nos villes, sont submergées par les impacts des usages numériques, et par l’infrastructure toujours plus dense qui les rend possibles.

L’action publique est directement transformée :

Les usagers attendent la même fluidité des services publics en ligne que celles qu’ils rencontrent sur les plateformes d’e-commerce ou leurs réseaux sociaux, .

Dans le même temps, les acteurs publics peuvent voir contester leur choix d’organisation du territoire (urbanisme, déplacements…) par les usages permis par des plateformes mondiales de livraison de repas à domicile, de VTC, ou d’aide à la conduite.

Se pose la question de la capacité des citoyens, et de leurs représentants élus, à garder la main sur la vie locale.

Montée en compétences

La révolution numérique impose  aux élus locaux de passer d’un amateurisme éclairé à la généralisation d’une montée en compétences :

- équipement des écoles à la dématérialisation des procédures

- développement d’un numérique responsable

- conserver le pilotage de leurs territoires.