La technologie s’invite depuis plusieurs années dans le domaine financier (block chain, intelligence artificielle etc.). Le recours accru à des technologies disruptives peut générer de nouveaux risques ou modifier certains risques existants[1].

L’intelligence artificielle s’invite dans un nombre croissant de processus opérationnels et plus largement de réflexion, que ce soit pour améliorer certains processus ou faciliter les contrôles et l’anticipation des risques (profilage des comportements par exemple). Cette présence qui s’accélère suscite, bien logiquement, l’attention des régulateurs et superviseurs.